Le Champagne, une histoire d’export

Quoi de mieux que d’aborder le champagne sur Champagne-communication?

Ce vin, dans lequel on trouve une multitude de fines bulles, est synonyme de fêtes, d’élégance et de raffinement, pourtant, cela n’a pas toujours été le cas.

Le Champagne, un vin “raté”

Nous connaissons tous l’histoire de la tarte tatin, qui fut au départ, une stupide erreur, devenue aujourd’hui un dessert apprécié. Le Champagne est aussi le résultat d’une recette ratée.

Au commencement, les vins de la région champenoise n’était pas pétillants, il s’agissait de vins blancs réservés à l’Eglise. C’est à partir du XVe siècle que ce vin s’exporte sur les tables des rois. Des fûts sont exportés vers l’Angleterre.

Problème: ce vin vieillit très mal en fût, et, arrivé à destination, il a perdu en gout et ne séduit pas la cour.

On décide alors de le mettre en bouteille, ce qui fait du champagne le premier vin à avoir connu ce procédé. Ce sont les anglais eux-mêmes qui soufflent l’idée de cette méthode.

C’est le moine Dom Perignon qui émet l’idée d’une double fermentation dans le but de conserver le vin plus longtemps. Il y ajoute les premiers bouchons de liège.

Mais là encore, un problème survient. La double fermentation engendre la production de mousse et l’effervescence du vin. Les bouteilles explosent, et les bouchons sautent, ce qui pétrifie de honte les vignerons français qui jugent le résultat de mauvaise qualité.

Mais les anglais, eux, adorent le concept, et en réclament d’autant plus. On reconnaissait déjà à l’époque leur engouement pour les, saveurs que l’on juge étranges de l’autre côté de la Manche.

Quand on voit qu’aujourd’hui le Champagne est le vin le plus luxueux, on se dit que, qui sait, demain, la gelée transparente sera peut-être un met raffiné?

Etiquettes: